Halloween : une fête qui remonte à la nuit des temps

Halloween, sous ce nom, explose chaque année le 31 octobre une fête du folklore irlandais, importée aux Etats-Unis par les colons irlandais à partir du XVIIIsiècle. Elle est revenue en force sur le continent européen depuis une vingtaine d’années. Cette fête d’origine celtique (SAMAIN) a traversé les siècles et pris le nom d’Halloween.

Halloween” vient d’une contraction de
All : tous,
Hallo ou holly : ce qui est saint
et Ève : veille.

Halloween est fêtée la veille de la Toussaint chrétienne par les Irlandais et les Américains entre autres…

Les couleurs du décor de cette fête sont l’orange et le noir. L’orange pour le symbole du feu, le noir pour celui de la nuit. Pour cette fête, la citrouille parce qu’orange, est omniprésente en bougies, lampions, vaisselles et autres décorations.

Traditionnellement, à cette occasion en IrlandeAngleterre et USA, les enfants se déguisent et vont de maison en maison quémander des friandises en proférant un “trick or treat“, autrement dit : des bonbons ou des sorts, “donnes-moi une friandise ou je te jette un sort !”. Chez nous, les enfants malins ont fort bien appris les gestes de leurs petits cousins étrangers et font de même…

En France, nous avons adopté cette fête. Et, qui dit fête, dit Foie Gras ! En effet, selon une récente enquête CSA, plus de 9 Français sur 10 (92%) estiment que le Foie Gras est un produit festif. D’ailleurs, 84% des consommateurs dégustent du Foie Gras lors d’occasions festives.

 

tete-citrouille-halloween-bougies-allumees_114311-285

Fêtes celtiques, Celtes… de quoi et de qui s’agit-il ?

Dans notre pays qui s’appellera plus tard la France, mais aussi dans toute l’Europe, l’implantation des Celtes prit du temps. Pendant plus de 1 000 ans, ces peuplades peu pressées, trouvèrent sur notre continent et dans l’île irlandaise, des populations autochtones implantées sur ces terres ou brumes et mystères planent, favorisant grandement certaines fusions et l’adoption de cérémonies mystérieuses avec l’émergence de contes et légendes qui ont traversé les siècles.

Pour nous renseigner, les Celtes ont-ils laissé des écrits ?

Non, leurs mœurs et coutumes étaient transmises oralement. Ce que nous savons de leurs pratiques festives est difficile à prouver, puisque les Celtes n’utilisaient pas l’écriture… donc aucune source, si ce n’est quelques textes irlandais tardifs…

Nos recherches nous font tout de même progresser un peu… 

Des origines très lointaines : la grande fête annuelle des Celtes irlandais SAMAIN*

Cette fête, à partir de laquelle démarrait l’année celte, se déroulait sur plusieurs nuits (les Celtes comptaient en nuits) en automne, dans une période “libre” du calendrier celte (fin d’été, début d’hiver). Pendant cette courte période, le monde des vivants pouvait passer dans le monde des morts, et les morts dans celui des vivants : les bons, comme les mauvais esprits. D’où probablement les personnages inquiétants d’Halloween, puisqu’Halloween perpétue, en quelque sorte, le souvenir de cette immense fête.

Avant les fêtes de SAMAIN, tous les feux étaient éteints pour marquer la fin de la période printanière qui avait été lancée par la fête de Belteine (fête d’été, du feu, de la lumière, notre actuelle Saint-Jean en juin), puis de grands feux étaient rallumés pendant SAMAIN.

Toujours des banquets

Pour la circonstance, tous les Celtes irlandais se réunissaient et organisaient de fantastiques banquets où des mets spécifiques à la fête étaient préparés**. Les volailles étaient très largement proposées lors de ces festivités. Nul doute que les Foies Gras de leurs belles oies étaient déjà appréciés !

Le soir d’Halloween, des sorcières et des êtres inquiétants ?

Tout folklore ancre ses racines dans les légendes de la terre qui l’a vu naître. Halloween porte en elle les légendes de la tradition irlandaise, faite de mystères et de fantastique, sur une base de mythes celtiques.

Dans nos citrouilles multiples et allumées, doit-on voir ainsi la résurgence de ce passé “éclairé”?

Créations céramiques d’art Ara Ozinian

Il semblerait que sur notre continent, SAMAIN s’appelait Samonios. Nos ancêtres les Celtes en Gaule (Parisis, Arvernes, Pictons, Redones, Sénons, Bituriges… Cela ne vous dit rien ?) célébraient forcément aussi ce début de leur année calendaire, mais la romanisation (Pax Romana… qui dura trois siècles dans notre pays) en a éteint progressivement les feux.

SAMAIN continua d’être célébrée, christianisée par Saint-Patrick (Ve siècle), puis, devint la fête chrétienne de la Toussaint et la Célébration des Défunts le 1er novembre. Tout bougea donc doucement au cours des 15 derniers siècles pour donner naissance à Halloween, une fête du folklore irlandais !

Quelques siècles plus tard, n’ayons donc aucun scrupule à nous approprier une fête que nous pourrions croire d’importation, et à nous amuser avec les Irlandais et les Américains, entre autres, la nuit du 31 octobre au 1er novembre.

De nos jours aux États-Unis, il s’agit d’une très grande fête qui bien souvent est aussi importante que Noël.
Elle est alors la fête des couples, mais aussi des amis, de la famille. Chez nous, on présente des recettes avec du Foie Gras, comme à chaque moment festif d’ailleurs !

À propos de Jack O’ Lantern, c’est quoi ?

Jack O’ Lantern est un personnage de contes irlandais. Pour faire court : “il était condamné à errer à jamais entre le monde des morts et le monde des vivants avec une lanterne“. De nos jours, son visage grimaçant est creusé dans une citrouille et illuminé par une bougie.

En Irlande,  il s’agissait de navets, mais les citrouilles poussent très bien aux USA. D’ailleurs, chaque année, dans presque tous les Etats, on peut assister au concours de la citrouille la plus belle ou la plus originale.

Quelles gourmandises ? Quel repas de fête pour Halloween au 21e siècle ?

Pour le soir d’Halloween, il existe un menu américain typique – découvrons-le ensemble.

Les recettes traditionnelles américaines pour le repas d’Halloween se composent entre autres de : 

  • Une soupe à la citrouille 
  • Un pumpkin bread
  • Une tarte à la citrouille
  • etc.

Ainsi que des gâteaux, des muffins, des cookies, tout ce que nous pouvont réaliser à l’aide des ingrédients de nos rayons d’épicerie…

fille-se-prepare-pour-halloween-boire-du-cafe-manger-biscuits-effrayants_1429-1020

Et la nuit, que fait-on ?

On va chez les uns et chez les autres, on se déguise en hôtes de la nuit, esprits malfaisants et autres sorcières, on sort, on grignote, on consomme des boissons typiques, des gâteaux, on danse, etc.
Bref, on s’amuse, les jeunes sortent en “boîte”… plus le déguisement d’Halloween est effrayant, mieux c’est…

Ces dernières années, dans toute la France aussi

Il n’y a pas que les Irlandais et les Américains installés en France qui fêtent Halloween. Tous nos compatriotes qui ont vécu cette fête aux USA (entre autres), ont à cœur de la faire revivre chez eux.

Et c’est ainsi que cette fête explose, de Limoges à Calais, de Grenoble à Vannes, en passant par Paris, depuis quelques années.
Toutes les maisons de farces et attrapes ont inscrit les déguisements pour Halloween dans leurs catalogues et décorent leurs vitrines à cette occasion.

En conclusion :

Deux mois avant les fêtes de fin d’année, Halloween est l’occasion de se réunir, de s’amuser, de se déguiser et de manger ce que l’on aime sans contrainte ! 

À découvrir 3 idées recettes d’Halloween au Foie Gras

Foie Gras et petits pâtissons 

Foie-gras-et-patisson

Photo : V.Gremillet / CIFOG / ADOCOM-RP

 

La soupe de potimarron au Foie Gras 

foie-gras-sur-lit-de-soupe

Photo : V.Gremillet / CIFOG / ADOCOM-RP

 

Foie Gras sur rosace de betterave et patate douce

fg-sur-betterave

Photo SoToven / ADOCOM-RP

Continuons nos repas d’Halloween sous le signe de l’originalité avec :
la salade aux champignons et potirons à retrouver sur les-salades.fr,

IMG_2400~photo-full

Photo SoToven

 

et, pour terminer, pourquoi pas un gâteau au potiron ? A trouver sur le site lesoeufs.fr, et… bien sûr, tout cela dans un décor orange et noir !

cake-us3

Photo Ph.ASSET

 

*in. “Les druides” et “Les Fêtes Celtiques” de Françoise Le Roux et Christian J. Guyonvarc’h – éditions Ouest-France.
** Le banquet est, du nord au sud, une des grandes caractéristiques des sociétés antiques in. “L’histoire de l’Alimentation de Flandrin et Montanari – éditions Fayard”

Partager cette page

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité et l'utilisation de cookies pour simplifier votre navigation, nous permettre de vous proposer des contenus en fonction de vos intérêts et faciliter l'utilisation des boutons de partages sociaux. Pour en savoir plus et gérer ces paramètres : RGPD & Cookies