Histoire 23 résultats

Le Foie Gras inscrit au patrimoine culturel et gastronomique de la France

Le Foie Gras, ambassadeur de la culture et de la gastronomie française Le Foie Gras, spécificité culinaire française, est un produit du terroir par excellence. Ancré dans les traditions régionales, il symbolise tout un art de vivre et, au fil des siècles, il est devenu un ambassadeur incontournable de la culture française. Il inspire les plus grands chefs du monde entier qui ont su mettre en valeur ses qualités gustatives et l’élever au rang de produit de haute gastronomie. ...

Égypte : Les origines du Foie Gras dévoilées il y a plus de 4500 ans !

Le détail d'une fresque d'un tombeau égyptien représentant un esclave nourrissant de figues une oie est un témoignage de cette tradition millénaire (Nécropole de Saqqarah au Musée du Louvre). Les bords du Nil étant un passage de la migration des oies et des canards, les Égyptiens décidèrent d'observer le comportement de ces volatiles migrateurs. Ils découvrirent que les oies, pour faire le "plein d'énergie" et se préparer à ce long trajet qu'est la migration, se gavaient de ...

Le Foie Gras : une reconnaissance officielle

Le Foie Gras est reconnu par l’article 654-27-1 du code rural comme «partie du patrimoine culturel et gastronomique protégé en France» et défini comme étant un foie d'un canard ou d'une oie spécialement engraissé par gavage. En effet, le Foie Gras, spécificité culinaire française, est un produit du terroir par excellence. Ancré dans les traditions locales, il symbolise tout un art de vivre et il est devenu, au fil des siècles un ambassadeur incontournable de la gastronomie ...

Le Foie Gras : une tradition culinaire

De nos jours, après la redécouverte de la cuisine régionale dans la gastronomie, la consommation des produits des palmipèdes gras et, en particulier, du Foie Gras s'est imposée comme une constante en France lors des périodes festives, mais aussi de plus en plus en cours d'année pour fêter un événement. Au XIXe : une vrai reconnaissance qui annonce nos modernes réglementations C’est au XIXe, siècle de Rossini, compositeur italien et grand amateur de Foie Gras, que l’on ...

Le Goût, c’est le Gras ! De tout temps les bonnes graisses, de formidables révélateurs de goûts.

Au Xe Siècle, sous Constantin VI, empereur de Byzance, un traite d’agronomie «les géoponiques» résume et améliore l’art d’engraisser les oies et les canards. Fin XIIe, début XIIIe, dans le «livre de l’agriculture», les auteurs arabes dévoilent le «secret» pour faire grossir les foies de canard : des pâtons à base de sésame grillé et de plantes potagères. À partir du XIVe siècle, en occident, on commence à distinguer les foies d’oies et de canards de ceux des ...

L’histoire d’une activité qui a traversé les siècles

En des temps immémoriaux, lorsque les hommes commencèrent à se sédentariser, abandonnant peu à peu leurs activités de cueillette et de chasse, ils entreprirent alors la domestication, puis l’élevage d’animaux pour se nourrir. Depuis la nuit des temps, les palmipèdes: oies, canards, cygnes sont élevés sous toutes les latitudes ; des auteurs anciens et des artistes, des peintres et des sculpteurs tout particulièrement, célèbrent dans leurs œuvres cette relation homme-animal...

Un peu d’histoire, à propos du Foie Gras…

Dès 23 après J.-C., Pline l'Ancien a cherché à identifier l'inventeur du Foie Gras : une si bonne recette ! Ce naturaliste latin a alors avancé deux noms : Scipion Metellus et Marcus Seius, des hommes qui s’étaient illustrés au siècle précédent dans l’art d’engraisser les oies. Pétrone dans son «Satiricon», Martial, poète latin, Juvenal avec ses «satires», Apicius dans «l’art culinaire»… tous ces auteurs latins du Ie siècle av. J.-C. s’étonnent de l’excel...

C’est la figue qui a donné son nom au Foie…

Le foie ainsi engraissé deviendra en latin Jecur Ficatum (le foie dû aux figues) et nos ancêtres latinisés, pour qui le foie était le Foie Gras par excellence, abandonnèrent paradoxalement Jecur pour ne conserver que Ficatum (figue), lequel donna la forme Figido au VIIe siècle, puis Fedie, Feie au VIIIe siècle et enfin Foie ; il en est ainsi dans tout le bassin méditerranéen avec le mot contemporain Higado (Espagne) et Fegato (Italie). Autrement dit, c’est de la figue dont on ...

11 Novembre – Jour de mémoire : l’Armistice 1918 et la Saint Martin

À la Saint Martin : Les premiers Foie Gras La ponte des oies démarrant naturellement au printemps, les jeunes oisons étaient élevés au cours de l’été pour ensuite être engraissés dès la première récolte de maïs. Les premiers Foies Gras de la saison arrivaient alors sur les marchés de gré à gré dès la Saint Martin. En différentes régions, cette période était aussi celle du paiement des fermages ou métayages, où les propriétaires recevaient « des oies grasses de la ...

Foie Gras, le coin de l’historien – N°12

Pour qui a été imaginé la recette du "Lièvre à la Royale" ? Réponse : Pour le Roi Soleil Louis XIV car la texture et le goût de ce mets correspondaient parfaitement à ses souhaits. Le "Lièvre à la Royale" ne se consomme qu'en période de saison de chasse de septembre à décembre selon les départements. Il est constitué de la chair du lièvre et de Foie Gras. Notre Madeleine de Proust : Le lièvre à la Royale du Chef ASFAUX au Sousceyrac à Paris... mais d'autres ...

Foie Gras, le coin de l’historien – N°11

Pour le Foie Gras, des cuisiniers célèbres Apicius (42 av. J.-C. – 37 ap. J.-C.), dans "l’art culinaire", propose une recette de Foie Gras : "le Foie Gras cru est d’abord escalopé et mis à macérer dans du garum, condiment à base de poisson caractéristique de la cuisine romaine. Puis assaisonné d’un mélange de poivre, de livèche et de laurier pilés, il est enveloppé dans une crépine et rôti sur le gril. La sauce de ce mets de choix est le garum au vin pour le Foie ...

Foie Gras, le coin de l’historien – N°10

Le goût, c’est le gras ! De tout temps : les bonnes graisses, de formidables révélateurs de goûts. Au Xème siècle, sous Constantin VI, empereur de Byzance, un traité d’agronomie "Les Géoponiques" résume et améliore l’art d’engraisser les oies et les canards. Fin XIIe, début XIIIe, dans le "Livre de l’agriculture", les auteurs arabes dévoilent le "secret" pour faire grossir les foies de canards : des pâtons à base de sésame grillé et de plantes potagères. À ...